XXP

mai 2016

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« La long tail des mashups encore trop short -- Partie 3 | Accueil | La long tail des mashups encore trop short -- Partie 3 »

07 septembre 2007

La long tail des mashups encore trop short -- Partie 3

Troisième partie d'une petite série sur les promesses non tenues de la personnalisation "long tail" du Web 2.0.

Quels moyens pour parer au côté mainstream des fils RSS et des Widgets ?

Des Widgets à la demande

L'étape suivante consiste à confier à l'utilisateur lui-même le soin de créer ses propres widgets. Sous réserve que le "widget-maker" qu'on lui propose soit simple d'usage, l'internaute pourra ajouter ses sources de contenus hyper-personnalisés, sources auxquelles, forcément, vous n'auriez jamais pensé. 

Mais pour concevoir un tel outil, on s'éloigne des technologies "éprouvées", on est en plein dans l'innovation, l'expérimental, voire la recherche pure.

Les deux réalisations les plus abouties dans ce domaine sont sans aucun doute Widget On Demand (WOD) de WebWag (disponible sur la page d'accueil en cliquant sur "Add new content") et le Dapp Factory de Dapper.

La force de Widget On Demand est d'être simplissime, accessible au non-technophile. En quelques clics, l'utilisateur peut ainsi ajouter à ses widgets WebWag une vue sur une zone rectangulaire de n'importe quelle page directement accessible par une URL. La réalisation est aboutie, l'effet est étonnant.

Mais WOD se restreint au Web visible, alors que mes données personnelles "very long tail", celles qui n'ont de valeur que pour moi (le trafic sur mon trajet domicile/bureau, ma consommation télécom, les stats de mon blogs,…), sont invisibles à WOD car situées derrière une page de login ou un formulaire de recherche.

C'est à ce dernier point que s'attaque Dapper. La méthode est radicalement différente, elle vise à produire un widget directement exploitable dans les mashups et dont les paramètres ont été choisis pat l'utilisateur durant la phase de définition. Plus que des widgets, Dapper permet en fait de créer des agents qui iront sur le Web extraire les données définies par vous, en remplissant les formulaires avec des données paramétrables. C'est extrêmement ingénieux et sûrement très difficile à développer.

Dapperinputvariable
Dapper intercepte les saisies pour rendre ses agents paramétrables

Mais Dapper doit encore progresser pour être adopté par les internautes :

  • Du point de vue l'ergonomie et de la simplicité, Dapper est l'anti-WOD, très technique, destinés aux informaticiens motivés;
  • Les capacités de montée en charge du système sont questionnables : rejouer un agent (un Dapp) mobilise énormément de ressources système au sein de browsers virtuels en attente de réponse des sites cibles.
  • Dapper ne sait pas gérer le Javascript, alors que Javascript ne cesse de se propager via Ajax. Le HTML pur devient une exception sur le Web. Essayez de créer un Dapp avec l'adresse de Netvibes ou de WebWag en point de départ…

WOD et Dapper pourront-ils aller plus loin pour offrir aux utilisateurs d'intégrer leurs données personnelles aux sites mashups ?

A suivre...

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c871f53ef00e54eeda0328834

Listed below are links to weblogs that reference La long tail des mashups encore trop short -- Partie 3:

Commentaires

A propos de simplicité d'utilisation,avez-vous testé le shaker WidgetAvenue?

Merci pour le lien, je viens de le tester. En effet c'est très facile à utiliser, la démarche est la bonne pour "allonger la longue traine".
J'y vois les mêmes limites que pour le WOD de WebWag : pas d'accès au Web invisible. Et comme WebWag avec WOD, WidgetAvenue repose sur des iframes et donc n'a pas la main sur le HTML widgetisé, seul l'url est connue, pas le contenu.
Et pas de contenu, pas de valorisation du contenu, non ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.