Denis Dollfus

Je suis un passionné de programmation depuis "tout petit". Et comme j'ai eu la chance de faire partie de la première génération à connaître l'informatique personnelle à des prix abordable grâce au ZX 81 puis au Commodore 64 (je ne parlerai pas des calculatrices HP programmables, et pourtant…), depuis tout petit, ça fait quelques années, disons 30…

Ce qui me fascine dans la programmation, c'est d'abord la possibilité de modéliser, prévoir et comprendre la complexité du monde par essais-erreurs, en faisant tourner des modèles dont le nombre d'éléments, la non-linéarité de leurs interactions et la dimensionnalité mise en jeu mettent en échec les meilleurs mathématiciens. Mais "modéliser le monde" c'est évidemment beaucoup : ça n'est pas un projet, c'est une motivation de fond.

Motivation qui explique mon intérêt pour le soft-computing, algorithmes inspirés de phénomène naturels complexes tels que les réseaux de neurones artificiels (depuis ma thèse), et les algorithmes génétiques. Mais tout ça ne nourrit pas son homme (contactez-moi si je me trompe…), et le soft-computing est donc pour moi du domaine du hobby.

Ce qui me stimule aussi c'est la singularité du métier de "logicieleur" (logicielier ?). Développer un logiciel s'apparente un peu au métier d'architecte, un peu à celui d'ingénieur en bureau d'étude et un peu à celui de garçon de café, tout en étant caractérisé par l'abstraction constante des concepts manipulés par chacun des membres de l'équipe. Compte tenu de ce drôle de métier, trouver la meilleure manière de conduire un développement en fonction du contexte (logiciel jetable/évolutif, équipe de séniors/juniors, technologie maitrisée/innovante, client motivé/à motiver,…) est un défi presque aussi facile à résoudre que de "modéliser le monde".

D'où mon intérêt pour les méthodologies de développement, tout particulièrement pour les méthodes agiles.

Enfin, et beaucoup plus terre à terre, je pratique .Net. C'est une technologie et un ensemble d'outils que j'apprécie aussi bien pour leur élégance que pour le marché assuré par le marketing de Microsoft. Au delà de la technique, comprendre les relations de Microsoft avec son environnement compétitif, qu'il s'agisse de Google, de Java ou de l'open-source, est je crois un bon point de départ pour déchiffrer (et savourer) le flux d'innovations dense et continu que connaît l'informatique.

Et pour ce blog, .Net est un point de départ facile, et surtout un prétexte à vous parler de tout le reste, d'agilité, de soft-computing, de complexité, dans la durée, à petites touches.

Et avec un peu d'humour si possible : l'informatique c'est pas si grave.

Cela dit si ce que vous venez de lire vous semble un peu obscur, cliquez là pour une description plus classique : http://www.linkedin.com/in/denisdollfus.

Contact

Pour me contacter :